Initiative de chrétiens pour l'Europe (IXE)


Début d'un partenariat entre les SSF et le ZdK


En 1999, les Semaines sociales de France (SSF) et le Comité central des Catholiques Allemands (ZdK) se rapprochèrent et leurs présidents du moment, Jean Boissonnat et Hans-Joachim Meyer, publièrent, en mai 2000, un manifeste intitulé « Pour une conscience européenne ».

Ce fut le point de départ d’un partenariat actif entre ces deux organisations qui amorcèrent la constitution d’un réseau européen et organisèrent plusieurs colloques en lien avec la COMECE :
- à Bruxelles, en janvier 2001
- à Berlin en février 2002, sur le thème « Responsabilités sociales des chrétiens face à l’évolution de la construction européenne »
- à Cracovie en mars 2003, sur le thème « Surmonter la crise, réussir l’élargissement de l’Union Européenne ».



Création du groupe IXE


Un « groupe de travail européen » fut créé en juin 2002 à l’initiative de la France et de l’Allemagne, avec la participation de l’Autriche, de la Belgique, de l’Italie, de la Pologne, de la Roumanie et de la Slovaquie puis, en 2003, de l’Espagne. 

Devenu en mars 2006 « Initiative de chrétiens pour l’Europe », avec le sigle IXE, ce groupe travailla activement à la rédaction d’un manifeste intitulé Retrouvons le sens de la construction européenne (disponible en 9 langues), qui fut publié à l’occasion du cinquantième anniversaire du Traité de Rome en mars 2007.

Puis le groupe IXE se mobilisa dans la perspective des élections européennes de juin 2009. Ainsi fut rédigé un appel aux citoyens européens mettant l’accent sur les enjeux de la construction européenne et sur les nouveaux défis à relever : évolution démographique, immigration, environnement…

Lors de sa réunion du 19 septembre 2009 à Barcelone, IXE a décidé de centrer l’attention de ses membres sur les problèmes des migrants : un colloque a été organisé à Bruxelles sur les migrants le 1er juin 2010. Lire le message de conclusion

Le thème actuellement abordé par IXE est celui des mémoires conflictuelles qui existent encore au sein de certains pays et entre divers pays européens, notamment celles que le régime communiste avait méthodiquement enfouies et que la chute du mur de Berlin a douloureusement réveillées. A l’instar de l’Allemagne et de la France qui se sont employées à surmonter leurs différends de la première moitié du 20ème siècle, il convient d’aborder de face ce qui est encore souvent un tabou dans beaucoup de pays comme l’Ukraine, la Pologne, ceux de l’ex-Yougoslavie, la Hongrie, la Slovaquie, l’Espagne,…et de lever une entrave majeure à la construction européenne.


                       

Les trois objectifs d'IXE


- Permettre à des chrétiens d’Europe, soucieux de porter le message social de l’Eglise, de se connaître et de mieux assumer leurs différences historiques et culturelles,
- Susciter la réflexion sur l’évolution de la construction européenne, en dialoguant notamment avec les institutions nationales et communautaires,
- Prêter son concours à l’organisation de manifestations à vocation européenne sur des thèmes actuels de société.

D’une façon générale, les membres d'IXE se proposent d’éclairer les débats nationaux par une prise de conscience européenne plus vive.


Les membres d'IXE


A la date de mise à jour de cette présentation, le groupe IXE réunit des membres originaires des pays suivants : Allemagne, Grande-Bretagne, Autriche, Belgique, Croatie, Espagne, France, Hollande, Italie, Luxembourg, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Ukraine ; le groupe comprend aussi un observateur de la COMECE.



Site IXE : www.initiative-ixe.eu 


The Europe expérience :

En 2014, IXE et les Semaines sociales de France lancent le site "the europe experience", en vue des élections européennes : www.theeuropeexperience.eu

 
Dernière modification : 20/05/2014