Effectuez une recherche
La recherche porte sur l'ensemble du site, mots clef et occurrences

 

Une anthropologie biblique sous le signe de la relation

Véronique Margron, théologienne moraliste

Jean-Pierre Rosa, philosophe, délégué général des Semaines sociales de France


Débat animé par Antoine Nouis, directeur de la rédaction de Réforme


Conférence donnée au cours de la session 2012 des Semaines sociales de France, "Hommes et femmes, la nouvelle donne".


Jean-Pierre Rosa

En entendant Sylviane Agacinski parler ce matin je me suis dit : cela va être difficile de passer après elle. Mais en fait non, et je voudrais plutôt la remercier, car en réalité elle m’a facilité la tâche, elle a labouré le terrain.
Mais tout d’abord, pourquoi ce titre : une anthropologie biblique sous le signe de la relation ? D'abord parce que la vision de l’homme manifestée dans la Bible – particulièrement dans le récit de la Genèse – est fortement relationnelle. Ensuite, et peut-être surtout, parce que notre époque est une époque de relation.

Je sais que les grandes fresques historiques sont souvent simplificatrices, mais elles permettent de faire ressortir des lignes de fond. Geneviève Fraisse  en a dressé une hier, de même que Sylviane Agacinski ce matin, mais ce n’est pas là que je souhaite aller. L’approche que j’ai choisie permettra de mettre en avant les aspect positifs de notre "post-modernité" que l’on taxe souvent de tous les maux.
La relation de l’homme à lui-même et surtout au monde, peut, grosso modo, se décrire en trois grandes périodes. lire la suite





 
Dernière modification : 15/05/2013