Actualités

Les Semaines sociales de France recherchent leur futur délégué général/directeur exécutif  

Les Semaines sociales existent depuis 1904 et sont confrontées à une nécessaire évolution dans un monde en transition, numérique notamment. Elles sont également soucieuses d’accompagner nos concitoyens dans leur recherche de sens dans un environnement sécularisé. Pour ces raisons, elles se sont engagées dans un processus de questionnement de leur mission historique. Un nouveau projet associatif est en cours d’élaboration dans le cadre d’une démarche participative et créative. Elles ont besoin d’asseoir un nouveau modèle économique associé, de manière à pérenniser leur projet, en confiant à une compétence dédiée à la fois la direction exécutive de l’association, l’élaboration et le suivi du budget annuel, le plan de développement à 3 ans et la recherche de fonds.

 

En lien avec le bureau et plus particulièrement le (la) président(e) et le (la) secrétaire général(e), le directeur exécutif administre l’association dans ses différentes composantes :

 

  • Il gère l’équipe permanente de salariés qu’il anime et dirige. Il est le DRH de l’association.
  • Il suit et inspire la stratégie de l’association
  • Il prépare les ordres du jour des instances délibérantes (Bureau, Conseil d’Administration) et des divers groupes de travail mis en place et veille aux modalités de reporting et de diffusion des informations. De manière générale, il s’appuie sur des administrateurs bénévoles pour l’animation des rencontres
  • Gestion économique : il établit le budget prévisionnel, en assure le suivi et veille aux dépenses et à la bonne clôture des comptes.
  • Recherche de fonds et de mécénat en lien avec la mission et la réalisation du projet associatif.

D’une manière plus stratégique pour l’association,

  • Il élaborera un plan de développement pluriannuel en lien avec le bureau, et le déclinera en veillant à l’équilibre financier en assurant le reporting régulier.
  • Il réalisera une veille permanente de manière à continuer de faire évoluer les offres nouvelles de l’association.
  • Il anticipera les risques (techniques, financiers, juridiques, contractuels) et mettra en place des actions préventives et évolutives afin de les gérer.

 

Il est aidé dans ses missions par une équipe dont il assure la direction et qui est composée à ce stade de plusieurs personnes :

  • Un comptable à temps partiel, prestataire extérieur qui établit notamment la paye.
  • Une personne adjointe qui dirige et prend en charge le projet associatif : dynamique thématique, événementiel, communication.
  • Une personne en charge du suivi administratif et des réunions de l’association

Le directeur exécutif pourra, avec l’accord du bureau, compléter l’architecture actuelle en fonction des besoins qu’il identifiera et de l’appréciation qu’il se fera des capacités de l’association.

 

Compétences requises :

 

  • Leadership, confiance, anticipation et influence managériale.
  • Excellentes capacités de réflexion, d’implication et d’innovation.
  • Capacité de représentation de l’association à l’extérieur dans le cadre de la recherche de fonds.
  • Anglais souhaité.
  • Connaissance du milieu chrétien.
  • Adhésion forte au projet associatif.

 

Les candidatures doivent être envoyées aux adresse mail suivantes bernard.chenevez@ssf-fr.org et hugues.dhautefeuille@ssf-fr.org

 
Créé le 02/05/2017

Les Semaines sociales de France recherchent un(e) assistant(e) logistique et administratif/ve  

Les Semaines sociales de France recherchent une assistant(e) logistique et administratif/ve, de mi juillet à décembre 2017 à plein temps.

 

Télécharger la fiche de poste

 

Les candidatures doivent être envoyées à hugues.dhautefeuille@ssf-fr.org

 
Mis à jour le 23/05/2017

LA SECU, JUSQU’OÙ ?  

Réduction des droits à remboursements, contributions diverses des utilisateurs du système : ces mesures de gestion de l’Assurance maladie accroissent les charges de ceux qui ont moins de ressources. Pourtant, le principe de base de l’Assurance maladie est que « chaque assuré social bénéficie, contre le risque et les conséquences de la maladie, d'une protection qu'il finance selon ses ressources. »


Mais à trop justifier les évolutions du système de santé par les bouleversements techniques ou les nouvelles données démographiques et anthropologiques, que reste-t-il de la volonté fondatrice de solidarité?
Par leurs répercussions financières et managériales ces évolutions questionnent profondément l’efficience du système et au delà de celle-ci : son « économie » -c’est-à-dire son organisation, les missions des acteurs, les modalités d’accès pour les personnes devant y faire appel, le service rendu, ses caractères financiers- est un des paramètres de la réflexion éthique en santé, une santé où le secteur sanitaire n’est pas dissocié du secteur social qui lui est lié.


La démarche de soin trouve-t-elle sa fin dans l’acte technique, dans l’innovation thérapeutique ? Dans un cure exclusif du care ? ou dans le renouvellement de la réflexion sur le sens du soin ? Dans une perspective d’autonomie individualiste vide, ou d’autonomie relationnée et solidaire ? Dans le sens de l’intérêt général pour la collectivité ?

 

Avec toute personne partageant ces préoccupations ou susceptible de les éclairer, la journée d’étude permettra d’aborder ces tensions entre les divers contenus possibles du soin, entre les injonctions venues d’en haut et les réalités de terrain.

 

Pour penser une continuité des soins englobant ses aspects sociaux au même titre que ses composantes sanitaires, deux grands cadres seront proposés :
•Le soin que nous dispensons répond-il aux besoins de santé ?
•Comment décloisonner les structures de santé ? Obstacles et ouvertures

 

 

LA SECU, JUSQU’OÙ ?
QUELLE SOLIDARITÉ ET QUEL SOIN
POUR NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ ?

 

Les Semaines sociales de France,

le Centre européen d'enseignement et de recherche en éthique (CEERE)

de l’Université de Strasbourg

l’Espace de réflexion éthique région Alsace (ERERAL)

 

 vous invitent à participer

à une journée d’étude

 

le 12 mai 2017

 

à l’Université de Strasbourg

Palais Universitaire - Salle Fustel de Coulanges

9 Place de l’Université - 67000 Strasbourg

logo-quadri-détourélogo_Cere  logo_Ereral

 

Pour participer à la journée, merci de renvoyer le bulletin d'inscription en téléchargeant le document ci-dessous.

 

 
Mis à jour le 08/03/2017

Ne cédons pas à la tentation du repli sur soi  

À la veille d’une échéance électorale cruciale, trente-deux organisations et mouvements catholiques, dont les Semaines sociales de France,  souhaitent participer au débat politique. Ils nous font part aujourd’hui de leur réflexion.

 

Transformons la clameur du monde en espérance

A la veille d’une échéance électorale cruciale, en tant qu’organisations et mouvements catholiques, nous souhaitons de nouveau participer au débat politique.

Nous entendons et nous partageons l’inquiétude légitime de certain-e-s de nos concitoyen-ne-s, compte tenu des situations souvent difficiles qu’ils vivent. Mais nous refusons de nous laisser instrumentaliser par ceux qui voudraient nous convaincre que nous ne pouvons pas construire ensemble l’avenir de notre pays.

 

Il est toujours possible, sans perdre son identité, de développer une politique plus respectueuse de la diversité et de la cohésion entre les territoires et de s’ouvrir à l’autre, à la richesse des différences, à ceux qui n’ont pas la même couleur de peau, la même origine sociale, le même sexe, la même langue, la même culture.

 

« L’autre est un don », soulignait le Pape François lors de son dernier message de Carême [1]. Comme nous l’avions rappelé avant le premier tour de l’élection [2], nous pensons que les solutions aux problèmes auxquels notre société est confrontée se trouvent dans l’ouverture, le dialogue et la participation de chacun de nous pour construire ensemble une France et une Europe plus ouvertes et plus justes dans un monde de droit et de dignité.

 

Les dizaines de milliers de bénévoles de nos organisations et mouvements sont témoins tous les jours que la réalité de la société française, ce sont des milliers d’actions concrètes qui construisent une planète plus solidaire et fraternelle. Ceci nous permet d’affirmer que l’acceptation de la diversité au sein de la République ne menace pas l’unité nationale. Elle ne remet pas en question l’existence d’une culture commune, de valeurs partagées, d’une même appartenance à l’Humanité.

 

A nos concitoyen-ne-s qui éprouvent déception ou désarroi devant les résultats du premier tour, nous voulons dire aujourd’hui que la clé réside dans notre capacité à dépasser nos peurs et à les transformer en une dynamique collective constructive. L’avenir de notre pays est ouvert, il ne tient qu’à nous de ne pas nous enfermer et d’agir librement, en conscience, pour le garder ouvert.

 

Comme l’affirmait la Conférence des évêques de France au lendemain du premier tour des élections, « aujourd’hui, le risque principal serait de renoncer à lutter pour l’avenir et de céder à la tentation du fatalisme » [3]. Croyants et non croyants, nous devons tous nous mobiliser pour mettre la diversité de nos talents au service de la société.

 

Nous, organisations et mouvements d’Eglise, avons vocation à prendre parti quand la dignité de l’homme est en question. Nous sommes bien dans notre rôle, lorsque nous proclamons que le monde d’aujourd’hui a moins besoin d’affrontements, de divisions et de fermetures que de bienveillance, de justice et de fraternité, cette fraternité qu’avec la liberté et l’égalité, la République nous demande de vivre.

 

A l’heure de faire un choix entre deux visions de la société, ne cédons pas à la tentation du repli sur soi, refusons de laisser instrumentaliser l’Evangile, recentrons le débat sur les vrais sujets et transformons la clameur du monde qui nous entoure en espérance. Réaffirmons notre foi en l’autre, « tout homme et tout l’homme », et en nos capacités à construire notre destin commun.

 

[1] « La Parole est un don. L’autre est un don », message du Pape François pour le Carême 2017.

 

[2] « Pour une citoyenneté responsable et engagée », tribune signée par 28 organisations et mouvements catholiques – 13 avril 2017, La Croix.com.

[3] « Elections présidentielles : l’Église redit son rôle et rappelle ses fondamentaux », Conférence des Evêques de France– 23 avril 2017.

 

Action catholique des enfants (ACE)

Action catholique des femmes
Action catholique des milieux indépendants (ACI)
Action catholique ouvrière (ACO)
Apprentis d’Auteuil
Association des cités du Secours catholique
CCFD-Terre Solidaire
Centre Catholique des Médecins Français
Centre de Recherche et d'Action Sociale (CERAS)
Chrétiens dans le monde rural (CMR)
Chrétiens dans l'Enseignement public (CdEP)
Chrétiens en Forum
Communauté Mission de France
Communauté Vie Chrétienne (CVX)
Confrontations (Association d'intellectuels chrétiens)
Délégation catholique pour la coopération (DCC)
Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC)
Ethique et Investissement
Etudes
Fédération française des Equipes Saint-Vincent
Fondacio
Instituts religieux et solidarité internationale (IRSI)
Jeunesse étudiante chrétienne (JEC)
Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC)
JRS France
Justice et Paix
Mission de la Mer
Mouvement chrétien des cadres et dirigeants (MCC)
Mouvement chrétien des retraités (MCR)
Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC)
Ordre de Malte France
Pax Christi
Scouts et Guides de France
Secours catholique - Caritas France
Semaines sociales de France
Vivre Ensemble l'Evangile Aujourd'hui
Vicariat pour la Solidarité de l'archidiocèse de Paris
Voir Ensembl

 
Créé le 02/05/2017

Voir tout

Retour à l'agenda