Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Les progrès de la médecine et l’accroissement de l’espérance de vie ont considérablement accru l’écart entre les générations.

L’espérance de vie a presque doublé au cours du vingtième siècle. En 2020, elle atteint 79,2 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes. Elle continue à croître et devrait être en 2050 de 84,3 ans pour les hommes et 91 ans pour les femmes.  Le nombre de centenaires était, en France, au 1er janvier 2021 de 26512, conte 3760 au 1er janvier 1990. Il devrait être de 200 000 en 2060.

L’âge moyen de la mère à la naissance du premier enfant qui était de 24 ans est passé en 2019 à 28,8 ans (29,4 pour en moyenne dans l’UE).

On assiste donc à un double mouvement : de plus en plus en de générations en vie simultanément mais des générations de plus en plus distante dans le temps puisque la durée d’une génération est en moyenne de 5 ans plus longue qu’il y a cinquante ans.

D’autres part, la modification des modes de vie professionnelle (exode rurale, augmentation du travail féminin, mobilité thématique et géographique des carrières, etc.) et personnelle avec notamment l’évolution des structurations familiales, a eu tendance à éloigner géographiquement et socialement les générations réduisant les interactions « naturelles » entre elles.

Par ailleurs, la prise en compte des besoins spécifiques a eu tendance, pour apporter les réponses les plus adaptées à ces besoins, à isoler chaque tranche d’âge dans des lieux, voire des établissements différents dès le plus jeune âge pour les tout-petits dans les crèches jusqu’au plus anciens dans les EHPAD.

La crise sanitaire en interdisant les liens avec les plus anciens, notamment dans les Ehpad, dans un souci de protection de leur santé physique a jeté une lumière crue sur cette séparation. Quels liens entre générations rêvons-nous de créer pour nous sentir plus proches les uns des autres ?

 

Les experts
Antoine DULIN : 
Vice-Président du Conseil d'orientation des politiques de jeunesse (COJ)

Marie-Anne MONTCHAMP :  Présidente de la Caisse Nationale  de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA)

Les témoins

Rémi DELATTE : Député,  membre de la commission des affaires sociales

Moncef LABIDI : Fondateur du café social

 

 

 

9h S'informer et réfléchir

  • Un expert pour cerner les enjeux
  • Trois témoins pour nous inspirer et nous projeter

10h30 Débattre, échanger et rêver

  • Partage, débat et réflexion en petits groupes (avec une pause)

12h Ensemble : Se retrouver et rêver