Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Nos contenus

Retour
Jean-Pierre ROSA
Le 7 décembre 2018
Les gilets jaunes et la violence mimétique

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Les gilets jaunes et la violence mimétique

En radicalisant leur mouvement, en n’admettant avec obstination aucune représentation et en visant explicitement l’Elysée et précisément Emmanuel Macron, les gilets jaunes ont mis en marche tous les ingrédients d’une crise mimétique de grande ampleur.

Rappelons les critères de la crise mimétique selon René Girard : il s’agit d’un jeu de doubles en rivalité pour la possession du même objet (ici du pouvoir d’achat). Au fur et à mesure de la montée en puissance de la rivalité mimétique, les critères d’individuation de chaque acteur s’effacent (je ne représente que moi-même et je refuse toute représentation) pour laisser place à une foule en fusion (je parle au nom de tous et ma colère est grande) dont la rivalité se cristallise sur un « différent » (ici le président, censé incarner « les riches » qui possèdent le fameux pouvoir d’achat) qui devient tout à coup le bouc émissaire des rivalités. Si rien n’est fait pour apaiser la violence celle-ci monte aux extrêmes et aboutit au lynchage de la victime émissaire.

Hier soir, sur le plateau de BFMtv, la scène avait quelque chose de tout à fait hallucinant : les gilets jaunes continuaient à ne parler que pour eux-mêmes et mettaient en avant des revendications divergentes, assez précises pourtant pour fournir la base d’une négociation qu’ils s’estimaient illégitimes à mener. Et Guy Drouet maintenait son appel à investir l’Elysée. Et là vous faites quoi ? demande la présentatrice. Gêné, Guy Drouet ne sait trop quoi répondre. Il passe sous silence la suite logique de son appel : la mise à mort de la victime émissaire. Et l’effondrement – attendu, espéré même par certains – de la République.

Car la résolution de la crise mimétique passe par la mort violente de la victime qui scelle la réconciliation de la foule. On pouvait presque lire ce souhait sur les visages fermés des protagonistes électrisés par le média télévisuel. Le problème est que cette magie de la crise mimétique marchant de moins en moins bien, il ne suffit plus d’une victime pour apaiser la crise. Il va falloir faire tomber beaucoup de têtes avant que tout cela s’apaise. Le rappel des quatre morts déjà offerts à la cause du pouvoir d’achat n’avait pas l’air de les déranger, ni de les freiner. Bien au contraire : c’est de la faute à la police !

Comme si la police était en miroir de leur propre violence ! Or ça n’est pas le cas : La police c’est la force de la loi et de la République opposée en dernière instance à la force pure de la foule. Mais bien sûr les Gilets jaunes aiment prendre la place de la victime. Il y a dans leur plaidoyer une auto victimisation qui a quelque chose d’extrêmement gênant.

Bien sûr les causes de cette crise mimétique viennent d’une énorme envie de partager plus équitablement la richesse de la nation. La richesse des nations. C’est cela qu’il faut entendre. Et dans le temps long. En réalité c’est la non-condamnation des auteurs bien concrets de la crise financière de 2008, c’est le retour au business as usual qui me semblent être à l’origine de cette immense machine mimétique. L’impunité totale - imputée à juste titre aux politiques - de ceux qui ont mis à terre le système financier international a fait perdre confiance dans toute institution nationale, régionale, mondiale censée rendre la justice, gérer la violence et répartir justement les fruits de la croissance.

----

Jean-Pierre Rosa, rédacteur des SSF

----

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Economie Nation Politique Social
1 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Les pauvres et le Président

Les pauvres et le Président

Ce mardi 13 septembre, la salle Paul Riblet du tout nouveau musée de l'homme à Paris est pleine...

Jérôme VIGNON
3 octobre 2018
Les colères des gilets jaunes

Les colères des gilets jaunes

Nul ne peut prédire ce qu’il adviendra du mouvement des « Gilets jaunes ». Il désoriente les...

Dominique QUINIO LEROUX
22 novembre 2018
Les gilets jaunes interrogent notre vie démocratique

Les gilets jaunes interrogent notre vie démocratique

Depuis plus d’une semaine, le mouvement des « gilets jaunes » imprime sa marque, son rythme et...

Jean-Pierre ROSA
26 novembre 2018
Justice avec les gilets jaunes

Justice avec les gilets jaunes

Aussi odieuses, voire insupportables que soient les manifestations de violence destructrice qui...

Jérôme VIGNON
5 décembre 2018
Pour que du neuf advienne

Pour que du neuf advienne

Le mot crise n’a pas bonne presse. Il inquiète, il angoisse même. Financière, économique,...

Dominique QUINIO LEROUX
31 octobre 2018
Besoin de long terme

Besoin de long terme

Dans “un monde qui change”, les incertitudes et les peurs conduisent trop souvent à privilégier...

Yves BERTHELOT
8 octobre 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus