Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Catherine BELZUNG
Le 8 juillet 2016
Un monde plus humain : une bonne affaire !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Un monde plus humain : une bonne affaire !

C’est une opinion assez couramment répandue : il y aurait d’un côté les humanistes, plein de belles intentions mais pêchant par excès d’idéalisme, et de l’autre les pragmatiques, qui auraient des projets certes moins enthousiasmants, mais avec l’avantage d’intégrer le principe de réalité. Bien sûr, les deux seraient incompatibles. Ce qui est une façon d’écarter d’emblée toute visée utopique. Avec cette façon de poser le problème, l’avènement d’un monde plus juste devient une chimère lointaine, car ce monde-là demande justement de promouvoir des idées en faveur du bien commun mais qui soient en même temps transformables en action réelles.

Une publication récente montre que cette opposition n’est pas toujours vraie, et que dans certains cas, la promotion d’un monde plus humain est en même temps la solution la plus pragmatique et la plus efficace, y compris sur un plan strictement financier. De quoi s’agit-il ? En effet, une recherche publiée par American Journal of Clinical Nutrition a évalué le coût économique de la malnutrition imposée aux enfants des pays en voie de développement (c’est à dire des conditions de vie qui induisent un développement physique sous la moyenne). Et il est colossal : 177 milliards de dollars chaque année! En effet, la malnutrition induit des problèmes de santé et réduit le développement cérébral dont on peut mesurer l’impact économique. En parallèle, ils ont aussi évalué ce que cela coûterait que de faire bénéficier ces enfants de conditions de vie plus décentes : le coût est inférieur à 100 dollars par enfant, soit environ 45 milliard de dollar « seulement » ! Le Professeur Gunther Fink, qui a coordonné l’étude, en conclut que si on investissait dans la lutte contre la malnutrition, le rapport «coût/bénéfice » serait donc de 3 :1. Comme quoi, l’intérêt économique ou le cynisme froid peut parfois rejoindre la cause humaniste. Dans ce cas, il faut donc diffuser ce genre de travaux, de sorte à encourager les décideurs à effectuer ce type d’ «investissement. ».

Catherine Belzung, membre du CA des SSF

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Economie International Pauvreté Santé Social
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Les sans-domiciles : quelle est la situation en France

Les sans-domiciles : quelle est la situation en France

Début 2012, il y avait en France environ 140.000 personnes sans domicile. Ce chiffre résulte...

Paul CHAMPSAUR
12 septembre 2018
L'immigration en France : analyse chiffrée

L'immigration en France : analyse chiffrée

L’immigration est à la fois un acte individuel et un phénomène collectif. Je n’aborderai que...

Paul CHAMPSAUR
16 octobre 2018
Le délit de fraternité

Le délit de fraternité

Médias et associations se sont félicitées de voir le conseil constitutionnel retoquer, en...

23 octobre 2018
De l'interdépendance à la solidarité

De l'interdépendance à la solidarité

Alors que nous sommes saisis dans un épisode aigu de la tension sociale toujours latente dans...

Jérôme VIGNON
4 février 2019
L'argent ferait-il le bonheur ?

L'argent ferait-il le bonheur ?

Il y a bien longtemps – depuis la révolution française - que notre société s’est émancipée des...

Jean-Pierre ROSA
7 février 2019
Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Le 5 mars dernier, 19 associations dont 4 grandes organisations syndicales ont rendu public un...

Jérôme VIGNON
12 mars 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus