Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
SEMAINES SOCIALES DE NICE
Le 14 décembre 2018
L’engagement d’une Chrétien<br />
: de commencement en commencement

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

L’engagement d’une Chrétien
: de commencement en commencement

Toute personne est engagée dans un jeu subtil d’occasions favorables entrelacées de rencontres et de choix décisifs. C’est mon parcours : en Christ.

A la soixantaine, Niçoise liée à la vallée de la Roya, mon existence se déploie entre ma précieuse famille nombreuse « recomposée » après un veuvage, une activité liée au monde de la santé -philosophie du soin-, et l’animation d’une antenne des SSF, lieu de liberté, creuset de discernement et d’initiatives.

J’appartiens à la génération de femmes qui ont pu prendre du temps pour leurs enfants, approfondir la réflexion, élaborer un projet professionnel au moment favorable. Quelle chance ai-je eue ! De véritables trésors ont croisé ma route, m’encourageant dans le questionnement, l’esprit critique, l’amour de l’art. Le Mouvement chrétien des cadres, ma seconde famille, la spiritualité ignatienne puis la plongée dans le monde cistercien via Aiguebelle, et le père Bernard (famille Thévenot), oncle du docteur Jean-Luc Philip, mon second époux.

Des prêtres m’appellent, des évêques comptent sur moi. Première femme responsable de service de Catéchèse pour le diocèse de Nice, je m’immerge dans une catéchèse adaptée à toute forme de handicap, dont je fais un sujet de recherche en théologie pratique, tout en acceptant la responsabilité de la formation des laïcs.

Les aléas de la vie m’orientent vers le secteur social : la réinsertion de personnes en grande difficulté et la coordination d’une plateforme d’échanges et de réflexion renferment les prémices d’intuitions qui m’amèneront à monter pour les Alpes-Maritimes une antenne des Semaines sociales de France. Ce sera ensuite la découverte de la santé avec Jean Luc et sa riche expérience de médecin libéral passionné par son art, engagé dans les réseaux, l’humanitaire, la formation ; la réflexion et la prière nous amèneront à l’aventure en couple d’une formation en philosophie du soin, l’engagement en éthique pour des professionnels libéraux isolés, et un compagnonnage de quelques temps dans la pastorale de la santé pour un travail transversal délicat.

Je note avec émotion l’ancrage précieux de la conjugalité : un premier époux me soutenant dans l’engagement théologique et ecclésial, un lien de près de 30 ans au MCC, un second époux avec qui se vit ce magnifique côte à côte dans la santé, la Communion Tibhirine, les Semaines Sociales de France. Cela déborde de la grâce des rencontres, des amitiés spirituelles, comme la figure de Christian De Chergé, et de la reconnaissance de ceux pour qui sont investies énergie et imagination, souvent vulnérables et exclus : un mystérieux encouragement vient de plus loin que nous. Si certains pans de l’Eglise font tristement penser à la femme courbée de l’Evangile, parfois de façon imperceptible, c’est au contraire le déploiement d’une Eglise en exode d’elle-même, si débordante du don reçu qu’elle le reconnaît aussi hors d’elle. La spiritualité de la Visitation dans l’Esprit de Tibhirine, telle que nous pouvons la vivre à Aiguebelle ou à Notre Dame de l’Atlas à Midelt prend chair, notamment au cœur de Sesam (Semaines Sociales des Alpes Maritimes), espace de rencontre et de réflexion : des partenariats et collaborations autour de questions de société y sont possibles, pour le discernement et le surcroît de liberté d’acteurs engagés. Cela est capital sur fond de consumérisme ambiant et de financiarisation, dans une région d’excellence clivée par les disparités, lieu frontalier affronté à la question des migrants.

Depuis la traversée pascale vécue par chacun de nous, le questionnement est vif : la société creuse des écarts, construit des incohérences, et la dignité de l’être humain ne va pas de soi. Les vies n’auraient-elles pas toutes le même « prix » ? Entre enjeux sociaux et crise actuelle de l’Eglise, c’est à un exercice de translation que nous sommes invités. L’envie de coups de gueule est réelle ! Il s’agit d’oser : oser écouter, se dépouiller, faire tomber en nous les obstacles à l’espérance chrétienne, et parfois, agir. Avec d’autres.

Françoise Lavirotte Philip, présidente des Semaines Sociales des Alpes Maritimes

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Eglise Pensée sociale chrétienne Spiritualité
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
De l'interdépendance à la solidarité

De l'interdépendance à la solidarité

Alors que nous sommes saisis dans un épisode aigu de la tension sociale toujours latente dans...

Jérôme VIGNON
4 février 2019
Il y a tant à faire !

Il y a tant à faire !

Dans notre époque d’immédiateté, il peut être bon de se tourner vers le passé, non par...

Dominique QUINIO LEROUX
13 mars 2019
L’esprit de<br />
service

L’esprit de
service

Sommes-nous dignes des héros que l’histoire et l’actualité nous donnent en exemple ? L’hommage...

Dominique QUINIO LEROUX
31 mai 2018
Trois bonnes raisons de redécouvrir le christianisme social

Trois bonnes raisons de redécouvrir le christianisme social

Le christianisme est large d’une tradition sociale déconcertante. Alors que la notion de justice...

Paul Piccarreta
17 octobre 2019
Qu'as-tu fais de ton frère?

Qu'as-tu fais de ton frère?

Etienne Grieu jésuite, maître de conférence en théologie dogmatique et pastorale au Centre...

Camille PERRIER
20 août 2019
Une plongée au coeur de la fraternité

Une plongée au coeur de la fraternité

Qu’est-ce donc qu’un « voyage apprenant », ce drôle de concept que les Semaines sociales de...

Dominique QUINIO LEROUX
10 avril 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus