Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Dominique QUINIO LEROUX
Le 20 septembre 2019
La bioéthique, un sujet éminemment social ?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

La bioéthique, un sujet éminemment social ?

Est-ce un sujet pour les Semaines sociales de France ? L’enseignement social de l’Eglise dit-il quelque chose sur les questions posées par la révision des lois de bioéthique qui arrive en discussion au Parlement, pour n’être votée qu’en 2020 ? La succession des billets ici publiés donne une évidente réponse : oui, la bioéthique est un thème éminemment social pour peu que l’on veuille bien admettre que ses sujets ne relèvent pas seulement de l’intimité des personnes mais ont un impact sur l’organisation de la société dans son ensemble.

« Quelle société voulons-nous ? »

De nombreux articles de cette loi, au stade actuel de sa rédaction, ont de fait des répercussions sur notre vie collective : tel était d’ailleurs le titre de la consultation des Etats généraux du printemps dernier, « quelle société voulons-nous ? ». Se confrontent, dans les réactions au texte proposé, deux positions : l’une met en avant la liberté des personnes, leur choix, leur autonomie (et ce ne sont pas des valeurs secondes) ; l’autre préfère mettre en exergue la cohésion de la société, l’intérêt de tous (ou plutôt le bien de tous, le bien commun).

La procréation en est un symbole du croisement entre l’intime et le collectif.

Elle ne regarde pas seulement la femme ou le couple (qu’il soit d’ailleurs hétérosexuel ou homosexuel) en désir d’enfant ; elle entre dans la chaîne des générations et construit la société. Et quand il y a recours à la technique médicale et aux donneurs de gamètes, cela concerne les médecins et la définition de leur rôle, les donneurs, et surtout l’enfant à naître dont il est souvent rappelé que tout doit être pensé en fonction de son intérêt supérieur mais dont on choisit, en ouvrant la PMA aux femmes en couple homosexuel ou seules, de le priver d’un père.

Autre pan de la réflexion : le dépistage des maladies et son élargissement, mais aussi tout ce qui concerne une possible intervention sur les gènes et leur modification … Au bénéfice de parents soucieux d e mettre au monde des enfants sains, mais avec le risque, déjà présent, d’une sélection que certains appellent eugénisme, non pas un eugénisme d’Etat mais cet eugénisme libéral dont parlent les évêques français , en fait l’agglomération de décisions individuelles conduisant à ne plus faire naître des enfants porteurs de graves pathologies. Quel regard sur le handicap, sur la différence, sur la fragilité, cette évolution entraîne-t-elle ? Dans son « rêve » évoqué aux Bernardins, le 16 septembre, Mgr Pierre d’Ornellas, en charge du dossier bioéthique à la conférence des évêques de France, s’est inquiété d’un déséquilibre entre les valeurs républicaines d’égalité, de liberté et de fraternité.

Dans cette course à la satisfaction des envies d’égalité et liberté, rendue possible par les avancées de la science, que reste-t-il de la fraternité ?

Un débat a eu lieu en France, dans de multiples cercles, et ce n’est pas rien. Les opposants à la nouvelle loi ont le sentiment que leurs inquiétudes n’ont pas été entendues. C’est certain. Mais il est apparu à qui a bien voulu creuser le dossier qu’il ne suffisait pas de répondre par un oui ou par un non aux questions posées, mais qu’il fallait discerner l’enchaînement des conséquences. Il est à craindre qu’au moment des débats parlementaires, ne soit qu’esquissée la complexité de ces conséquences.

Il restera à chacun d’entre nous - loi ou pas loi – à s’interroger sur ce que, individuellement, il est prêt à accepter ou ce qu’il refuse, au regard de la société qu’il veut construire pour les générations futures.

----

Dominique Quinio, présidente des SSF

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Bioéthique Homme et femme
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
A propos du plan santé 2018-2022

A propos du plan santé 2018-2022

Un plan, pour 50 ans, qui permettrait au système de santé de faire face aux défis multiples...

Mathieu MONCONDUIT
1 octobre 2018
Insémination artificielle avec donneur : quand le génome parle

Insémination artificielle avec donneur : quand le génome parle

L’accès aisé à la connaissance du génome couplé aux apports d’internet vient de donner un...

Mathieu MONCONDUIT
12 février 2018
La bioéthique, nouvelle question sociale

La bioéthique, nouvelle question sociale

Tous les mois, retrouvez Pierre-Yves Stucki et sa chronique sur la pensée sociale chrétienne et...

Pierre-Yves STUCKI
20 février 2018
Les enjeux éthiques des expériences chez l‘Homme dans un monde globalisé

Les enjeux éthiques des expériences chez l‘Homme dans un monde globalisé

Le 17 novembre dernier, les décrets d’application de la Loi Jardé relative aux recherches faites...

Catherine BELZUNG
2 décembre 2016
Pour une culture du « prendre soin »

Pour une culture du « prendre soin »

Récemment les Ehpad ont fait l’objet de plusieurs articles relatant la difficulté croissante de...

Jean-Pierre ROSA
12 juin 2018
La bioéthique au défi de la pratique médicale

La bioéthique au défi de la pratique médicale

Dans tous les débats actuels sur les lois de bioéthique, nous avons – me semble-t-il – une...

Jean-Pierre ROSA
17 avril 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus