Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Philippe SEGRETAIN
Le 20 novembre 2019
L'alerte de Ken Loach

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

L'alerte de Ken Loach

« Anonyme » : le qualificatif accompagne le terme juridique de société, et le droit ajoute souvent        « A Responsabilité Limitée ».

Le chauffeur-livreur dans le film de Ken Loach, Sorry we missed you est bien anonyme pour les clients qu’il dessert et la responsabilité de celui qui le pousse à créer son entreprise est plus que limitée. Pour trouver un travail ce chauffeur a obligé son épouse à vendre leur voiture et, en outre, il s’endette pour financer l’achat d’une camionnette. Plus d’horaires, chaque geste est minuté. La tension destructrice liée à la nécessité de faire du chiffre est intériorisée. L’accident du travail lui sera facturé. Il fait travailler sa petite-fille avec lui pour livrer plus vite. Ken Loach, sans éclats ni brutalité, nous fait complice d’une vie familiale où les conséquences des choix du père sont dramatiques.

Le donneur d’ordre, le représentant de la « plate-forme », comme on dit aujourd’hui, manie avec un humour glaçant le discours qui fonde l’aventure économique autonome du nouvel entrepreneur : « Tu ne pointes pas, tu te rends disponible » !

Alors que nous avons examinés à Lille les conditions préalables à « Refaire Société », il peut être bon de suivre la caméra de Ken Loach. Nous avions pu sourire quand sa culture marxiste lui faisait décrire, et caricaturer parfois, l’aliénation par le travail ; il nous dit aujourd’hui les conséquences du mythe néo-libéral de la liberté qu’apporterait l’entreprise individuelle, quand le travailleur ne peut plus disposer de la protection qu’apporte, en Europe au moins, le statut de salarié.

La relation contractuelle, au sein d’une entreprise qui respecte toutes ses parties constituantes, ne résume pas son projet, ne dit pas sa vision, mais elle est et doit rester un élément structurant pour cette société qu’est l’entreprise et pour La Société.

Les Semaines sociales ont étudié ce thème à Lille et l’approfondiront en 2020, reprenant ainsi les intuitions des fondateurs, intuitions nées de la lecture de l’encyclique Rerum Novarum. Un siècle plus tard, en effet, Il y a toujours de graves défis sociaux à relever pour refaire Société.

---

Philippe Segretain, membre du CA des SSF

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Famille Social Travail
1 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Entreprise et bien commun

Entreprise et bien commun

L’année 2017 a été marquée par la réforme du code du travail avec les ordonnances signées en...

Pierre-Yves STUCKI
23 janvier 2018
Niveau de vie et temps de travail

Niveau de vie et temps de travail

----Les États-Unis ont un PIB ou une consommation par tête supérieurs d’environ 30% à ceux de la...

Paul CHAMPSAUR
6 février 2018
Vous avez-dit:  «Raison d'être de l'entreprise ?

Vous avez-dit:  «Raison d'être de l'entreprise ?

En ayant pour titre : « l’entreprise, objet d’intérêt collectif », le rapport établi récemment...

Geoffroy DE VIENNE
4 avril 2018
Construisons une économie humaine

Construisons une économie humaine

Les Etats et les institutions internationales seules ne construiront pas une économie humaine....

Yves BERTHELOT
10 janvier 2019
Ouverture de la session "Réinventer le travail"

Ouverture de la session "Réinventer le travail"

Par Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de FranceConférence d'ouverture de la session...

Camille PERRIER
22 novembre 2013
L’Impact ambigu de la mondialisation

L’Impact ambigu de la mondialisation

Par Jean-Paul Betbèze, économiste.Conférence plénière de la session 2013 des Semaines sociales...

Camille PERRIER
22 novembre 2013
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus