Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Dominique QUINIO LEROUX
Le 1 janvier 2020
Du labeur pour 2020

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Du labeur pour 2020

Il y a un an, à l’occasion des Journées mondiales de la Jeunesse au Panama, le pape François s’inquiétait d’une « lassitude de l’espérance » qui peut nous saisir devant les incertitudes et les complexités de notre monde. Elle pourrait nous envahir, cette fatigue, devant la litanie des violences qui meurtrissent tant de pays dans le monde ; elle pourrait nous paralyser devant la réalité d’un pays divisé, cloisonné en « catégories sociales » isolées les unes des autres, marqué par des inégalités qui perdurent, inapte au dialogue social apaisé et constructif.

Ce pays de France, devenu archipel, selon le mot de Jerôme Fourquet, intervenant à la rencontre des Semaines sociales de Lille, en novembre dernier, a perdu confiance en ses dirigeants, en ses représentants, en ses institutions, en lui-même peut-être. Les instances et les lieux où peuvent se rencontrer et se parler des personnes venus d’horizons divers font défaut. Pourtant, des individus, des associations, des groupes informels font vivre de tels lieux et tissent des liens fraternels : cela aussi, nous l’avons vécu à Lille. Beaucoup, explicitement ou implicitement, en s’alliant avec d’autres, le font au nom de leur foi, nourrie de l’enseignement social chrétien.

Tout au long de l’année, les Semaines sociales de France continueront à mettre en lumière ce qui peut contribuer à faire société, dans un univers pluraliste dans lequel le catholicisme est devenu minoritaire ; à rechercher ce qui peut contribuer au bien commun, au bien de tous, en commençant par celui des plus fragiles. En novembre prochain, c’est à Versailles que nous tirerons les leçons de ces réflexions et que nous nous autoriserons à interpeller tous ceux qui ont en mains les moyens de faire bouger les choses.

« Dans le monde occidental postchrétien qui est le mien, écrivait dans « l’Eglise au cœur » Bruno Chenu théologien et journaliste, l’Eglise (…) va-t-elle pour autant sombrer dans l’insignifiance et la désespérance ? La communauté chrétienne aura un avenir à la mesure de sa foi et de son labeur ».

Comme tout au long de leur longue histoire, les Semaines sociales feront leur part de ce labeur.

En ce temps traditionnel où s’échangent des vœux pour l’année qui s’ouvre, souhaitons- nous de conserver – ou de retrouver – l’élan de l’espérance.

Dominique Quinio, présidente des SSF

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Homme et femme Pensée sociale chrétienne
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Le délit de fraternité

Le délit de fraternité

Médias et associations se sont félicitées de voir le conseil constitutionnel retoquer, en...

23 octobre 2018
De l'interdépendance à la solidarité

De l'interdépendance à la solidarité

Alors que nous sommes saisis dans un épisode aigu de la tension sociale toujours latente dans...

Jérôme VIGNON
4 février 2019
L'argent ferait-il le bonheur ?

L'argent ferait-il le bonheur ?

Il y a bien longtemps – depuis la révolution française - que notre société s’est émancipée des...

Jean-Pierre ROSA
7 février 2019
Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Le 5 mars dernier, 19 associations dont 4 grandes organisations syndicales ont rendu public un...

Jérôme VIGNON
12 mars 2019
Il y a tant à faire !

Il y a tant à faire !

Dans notre époque d’immédiateté, il peut être bon de se tourner vers le passé, non par...

Dominique QUINIO LEROUX
13 mars 2019
Migrations et bon sens

Migrations et bon sens

Deux textes abordent la question des migrations dans une perspective de coopération...

Yves BERTHELOT
20 mars 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus