Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Alban SARTORI
9 novembre 2020
En attendant les messes : la charité et l'espérance !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

En attendant les messes : la charité et l'espérance !

Sommes-nous de « bons croyants », détiendrions-nous « la » vérité ? Certainement pas. Dans nos finitudes, nous sommes juste engagés en Eglise, depuis de longues années, notamment aux Semaines Sociales de France, et heureux de prendre part à la Messe, régulièrement. Mais nous ne nous reconnaissons pas dans le bruit médiatique qui ferait croire que « les catholiques » dans leur ensemble ne sont préoccupés que de la tenue de leurs Messes, alors que notre société et le monde souffrent comme rarement.

Sortant de la Messe de la Toussaint, nous avons eu un pincement au cœur : nous nous quittions sans savoir quand nous nous retrouverions. Mais nier les faits serait irresponsable et vaniteux : l’épidémie de Covid est repartie de plus belle, débordant nos hôpitaux de cas graves voire très graves, et tout doit être fait pour limiter les interactions physiques. La Messe en fait partie et il va de notre responsabilité de l’accepter. Il s’agit de sauver des vies, comme le comprennent tant de nos compatriotes, au prix de sacrifices collectifs et individuels majeurs.

Comparer cette contrainte temporaire avec une forme de persécution de la part de l’Etat serait offenser tous les chrétiens menacés physiquement au nom de leur foi dans le monde. Et même si les relations entre Eglises et Etat peuvent être parfois compliquées en France, souvenons-nous avec reconnaissance que nous pouvons regarder la Messe tous les dimanches matin grâce au service public ! Nous ne sommes ni des victimes ni des persécutés ! Il faut savoir s’en réjouir et être reconnaissants, aussi.

"La vie du Christ nous rappelle que l’offrande précède la communion, que l’offertoire prépare l’eucharistie. Le temps présent nous invite à mettre l’accent sur l’écoute et le service du monde."

Les évangiles nous apprennent que la première moitié au moins de la vie publique du Christ aura été dédiée à une chose : accueillir tout autre dans le respect de ce qu’il est, guérir, sauver, relever, nourrir, ressusciter... Comme si avant d’apprendre à ses apôtres à prier et à partager le repas pour faire mémoire de Lui, Il nous avait laissé un message pour ce temps si particulier et rude : si notre vocation est de célébrer et d’annoncer, elle nous appelle aujourd’hui et plus encore à servir tout autre et les pauvres en particulier. La vie du Christ nous rappelle que l’offrande précède la communion, que l’offertoire prépare l’eucharistie. Le temps présent nous invite à mettre l’accent sur l’écoute et le service du monde. Plus que jamais il importe de réfléchir ensemble aux différentes dimensions, personnelle, associative et politiques de l’engagement des chrétiens en vue de «reconstruire la société ». C’est tout l’enjeu des prochaines rencontres nationales des 27-29 novembre prochains .

Acceptons - quelques semaines seulement - d’être privés de Messes et servons ! Déjà engagés au service du frère ? Bravo, merci, continuons ! Pas encore ? Allons-y ! Donnons de l’argent si l’on en a pour la solidarité, les associations en ont besoin. Prenons soin de nos entourages, de nos voisinages, en étant sensibles aux solitudes parfois cachées autour de nous (une lettre, un mail, un coup de fils respectent les gestes barrières). Prions pour tous ceux qui souffrent et ceux qui œuvrent à soulager le fardeau de notre société.

Un jour, nous retournerons à la Messe et ce sera une double Bonne nouvelle. Celle de nos retrouvailles eucharistiques mais aussi la possibilité offerte par le recul (voire l’éradication, un jour) de la pandémie. C’est dans cette espérance que nous souhaitons être reconnus, dans les prochaines semaines, non pas comme les membres d’un club qui chercherait à faire valoir ses intérêts catégoriels, mais comme le Christ à Emmaüs : à la fraction et au partage du pain.

Pierre-Yves Stucki, ancien Vice-Président, Jérôme Vignon, Président d’honneur, et Alban Sartori, membre du Conseil d’administration des Semaines Sociales de France

-------

1. Cf. www.ssf-fr.org

storage?id=1302544&type=picture&secret=Z3btokt4Vdo6sylJbAfuNDYtO8Rrr2CzbtmrKQns&timestamp=1604942853
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Eglise Spiritualité Jérôme Vignon Alban Sartori Pierre-Yves Stucki
2 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Le délit de fraternité

Le délit de fraternité

Médias et associations se sont félicitées de voir le conseil constitutionnel retoquer, en...

23 octobre 2018
L'argent ferait-il le bonheur ?

L'argent ferait-il le bonheur ?

Il y a bien longtemps – depuis la révolution française - que notre société s’est émancipée des...

Jean-Pierre ROSA
7 février 2019
Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Le 5 mars dernier, 19 associations dont 4 grandes organisations syndicales ont rendu public un...

Jérôme VIGNON
12 mars 2019
Il y a tant à faire !

Il y a tant à faire !

Dans notre époque d’immédiateté, il peut être bon de se tourner vers le passé, non par...

Dominique QUINIO
13 mars 2019
Le logement, un droit

Le logement, un droit

"En février dernier, 3 622 personnes sans abris ont été dénombrées au cours de la Nuit de la...

Dominique QUINIO
27 mars 2019
Une plongée au coeur de la fraternité

Une plongée au coeur de la fraternité

Qu’est-ce donc qu’un « voyage apprenant », ce drôle de concept que les Semaines sociales de...

Dominique QUINIO
10 avril 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus