Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
h1
Retour
Dominique QUINIO LEROUX
Le 27 mars 2019
Le logement, un droit

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Le logement, un droit

"En février dernier, 3 622 personnes sans abris ont été dénombrées au cours de la Nuit de la solidarité à Paris"

Une traversée de Paris en métro, un samedi matin, permet au voyageur qui n’est pas penché sur son téléphone, d’apercevoir furtivement, au bout des quais peu fréquentés, là où il n’y a pas de sortie, des corps couchés à même le sol, protégés de la lumière et de la curiosité par une simple couverture, au mieux un duvet. Parfois, ils sont plusieurs. On aperçoit une dame, aussi, déposant discrètement un sac (de provisions ?) près d’une forme endormie.

Défilent là, à la vitesse de la rame, quelques unes des 3 622 personnes sans abri, dénombrées au cours de la Nuit de la solidarité à Paris, en février dernier. 356 équipes, vêtues de chasubles bleues, avaient alors sillonné les rues et les couloirs de métro, les parcs et jardins, les talus du périphérique, les caves et les halls d’immeubles pour ce recensement particulier. D’autres villes, Grenoble, Rennes ou Metz par exemple, ont fait la même démarche, rassemblant bénévoles, personnels de la ville, travailleurs sociaux.

"Il s’agit d’établir une typologie plus précise des personnes à la rue et d’essayer d’entendre leurs besoins, à l’aide d’un questionnaire anonyme."

Une manière d’identifier, dans la grande métropole, les habitants dispersés d’une petite ville ignorée, habitants qui n’ont nul endroit où reposer leur tête. Et ne sont pas pris en compte, ceux, migrants pour la plupart, qui vivent sous des tentes de fortune dans certains lieux de la capitale.

Ce peuple sans domicile fixe est très divers : des jeunes qui ne sont pas dans l’errance depuis très longtemps et qui ne connaissent guère les dispositifs qui pourraient les aider ; des « anciens » qui parfois ne veulent pas être hébergés ; des femmes, de plus en plus nombreuses, qui vivent en totale insécurité… Beaucoup disent souffrir de problèmes de santé.

"Ces renseignements nous permettent de prendre conscience de cette extrême précarité"

Ces renseignements doivent permettre de mieux ajuster les propositions des municipalités. Mais aussi de nous faire prendre conscience de cette extrême précarité. Comme, le fait de manière plus tragique encore, le collectif des Morts de la rue qui, chaque année, fait part des décès de ces personnes dont on ne connaît ni le nom parfois, ni l’âge exact, ni l’histoire…

Ce focus sur les SDF ne suffit pas à appréhender toute la question du logement pour les personnes les plus modestes dans notre pays : les logements insalubres (l’effondrement d’immeubles à Marseille ou des incendies en région parisienne en témoignent), l’habitat indigne, le mal logement que de nombreuses associations mettent en lumière pour proposer des solutions. Sans compter la difficulté des jeunes à trouver un logement à loyer abordable qui leur permette de prendre leur autonomie, ou le peu de solutions, au cœur des métropoles, pour les familles avec enfants.

"Le logement  fait partie de ces conditions nécessaires pour que les personnes et les familles vivent dignement."

Si l’on se réfère à la notion de « bien commun », telle que définie dans l’encyclique Mater et Magistra, « l’ensemble des conditions sociales permettant à la personne d’atteindre mieux et plus facilement son plein épanouissement », comment ne pas voir que le logement (comme l’éducation ou la santé) fait partie de ces conditions nécessaires pour que les personnes et les familles vivent dignement.

Le gouvernement vient d’annoncer plusieurs mesures, notamment la pérennisation de 6 000 des 14 000 places d’hébergement d’urgence, des actions particulières en direction des familles et des enfants à la rue, en relançant - en partie - l’encadrement des loyers etc. Un engagement nécessaire. Mais chacun à son niveau peut agir sur ce dossier, en soutenant des associations spécialisées comme, selon des modalités différentes, la Fondation Abbé Pierre ou Habitat et Humanisme. Les propriétaires qui louent des logements ont un rôle à jouer; peut-être devons-nous aussi nous interroger sur nos réactions, quand sont prévus dans nos quartiers des logements sociaux ou très sociaux… Grandes actions, petits pas ; plans politiques d’envergure, implication citoyenne au quotidien se conjuguent au service d’un droit humain fondamental.

----

Dominique Quinio, présidente des SSF

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Pauvreté Social
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Les sans domicile : quelle est la situation en France

Les sans domicile : quelle est la situation en France

Début 2012, il y avait en France environ 140.000 personnes sans domicile. Ce chiffre résulte...

Paul CHAMPSAUR
12 septembre 2018
Le délit de fraternité

Le délit de fraternité

Médias et associations se sont félicitées de voir le conseil constitutionnel retoquer, en...

23 octobre 2018
De l'interdépendance à la solidarité

De l'interdépendance à la solidarité

Alors que nous sommes saisis dans un épisode aigu de la tension sociale toujours latente dans...

Jérôme VIGNON
4 février 2019
L'argent ferait-il le bonheur ?

L'argent ferait-il le bonheur ?

Il y a bien longtemps – depuis la révolution française - que notre société s’est émancipée des...

Jean-Pierre ROSA
7 février 2019
Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Le 5 mars dernier, 19 associations dont 4 grandes organisations syndicales ont rendu public un...

Jérôme VIGNON
12 mars 2019
Il y a tant à faire !

Il y a tant à faire !

Dans notre époque d’immédiateté, il peut être bon de se tourner vers le passé, non par...

Dominique QUINIO LEROUX
13 mars 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus