Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Nos contenus

Retour
Raviver l'expression citoyenne : le pari du scoutisme

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Raviver l'expression citoyenne : le pari du scoutisme

Avec des taux d’abstention en hausse, la défiance des jeunes à l’égard de la démocratie atteint des sommets en Europe. Comment (re)trouver un type de fonctionnement fidèle au principe d’égalité entre les citoyens et dans lequel chaque jeune peut ardemment faire entendre sa voix?

Le constat est aujourd’hui unanime: les démocraties occidentales sont en crise. En cause, désamour des citoyens, défiance vis-à-vis des institutions… Les partis dits populistes ont le vent en poupe, en témoignent les exemples hongrois et italien. En France, le taux d’abstention est en constante augmentation depuis quarante ans, en particulier chez les jeunes générations. Selon l’Insee, parmi les 18-29 ans, moins de deux inscrits sur dix ont voté à tous les tours d’élections en 2017, plus de 20% ne votent jamais. Selon une enquête de ProVox, quatre jeunes Européens sur cinq se défient des décideurs, et seuls 22% se disent prêts à s’engager dans un parti.

Donner à chacun sa voix au chapitre

Lutter contre cette crise de la démocratie suppose de bâtir une société où chacun, de tout milieu, avec ou sans formation, se sente utile et entendu. Un idéal auquel le scoutisme, fondé en 1907, répond avec des pistes de solutions concrètes. Celui-ci est en effet profondément politique parce qu’il a pour vocation de former des citoyens engagés pour rendre le monde meilleur. Il n’est cependant pas partisan : mouvement d’éducation, le scoutisme offre des outils pour permettre à chacun de se construire son opinion, d’aiguiser son esprit critique. Ses actions éducatives visent à forger l’autonomie, à construire la paix, à respecter l’altérité, à permettre l’expression des plus jeunes.

Cette dimension citoyenne se retrouve dans l’ambition éducative des Scouts et Guides de France, qui rassemble aujourd’hui 85 000 jeunes et adultes. Aux 70% de jeunes Français qui estiment ne pas être compris, l’association répond par la création d’espaces où chacun, dans sa singularité, a une voix. Ces nouveaux espaces viennent enrichir les mécanismes de démocratie locale qui sont déjà mis en œuvre dans l’association, par le biais des nombreux « conseils » – en équipe, unité, groupe, territoire ou en assemblé générale – qui sont des lieux d’expression de soi et de participation aux choix collectifs. L’enjeu n’est pas seulement de voter ou consentir, mais de débattre, inventer.

Oser l’innovation démocratique

storage?id=451510&type=picture&secret=dZELVISpodiqcGW8JworjpgTPvryjBVTDoYdbtcm&timestamp=1542277655

Le mouvement a ainsi pris des positions fortes sur des questions récurrentes liées à la place des jeunes dans le débat démocratique, comme le droit de vote à partir de 16 ans à l’assemblée générale. Mise en œuvre avec succès depuis 2017, cette réforme repose sur une conviction : les jeunes de 16 à 18 ans ont soif de démocratie, une parole à porter, des idées à échanger et une forte énergie pour exprimer leurs opinions. Les enjeux pédagogiques de cette innovation sont multiples : apprendre à analyser, discerner, comprendre les enjeux, apprendre à écouter et s’ouvrir à d’autres opinion. Pour l’association, cette parole est également une richesse pour les thématiques sur lesquels les jeunes ont une expertise à apporter : sur le numérique, la diversité, l’accueil et l’ouverture…

Dans le même temps, les Scouts et Guides de France ont voté la création de «conseils de jeunes» dans les territoires, afin d’associer les plus jeunes, de 8 à 17 ans, à la gouvernance de l’association. Expérimenté depuis 2017 pour une période de trois ans, ils ont pour vocation de permettre l’intervention et le partage de la parole des jeunes et des enfants. Présent à l’assemblée générale 2018 avec un rôle consultatif, le premier Conseil National des Jeunes a ainsi ressemblé en mai dernier une cinquantaine de représentants de ces conseils issus de toute la France, venus assister aux débats. Parmi leurs propositions, ces jeunes membres ont demandé que le conseil « garde son indépendance, tout en ayant sa place à l’assemblée générale, pour proposer et voter les résolutions qui le concernent ». Une belle illustration de l’appétit démocratique qui ne demande qu’à s’exprimer lorsqu’on lui en donne la possibilité.

----

Un membre de Scouts et Guide de France

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Citoyenneté Démocratie Education
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Droits de l’homme : le temps des citoyens

Droits de l’homme : le temps des citoyens

Nous fêterons le 10 décembre, le 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de...

Yves BERTHELOT
3 septembre 2018
En politique, l'arme du langage

En politique, l'arme du langage

Il paraît, disent les sondages, que Laurent Wauquiez, le président des Républicains, n’aura pas...

Dominique QUINIO LEROUX
27 février 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus