Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Annabel DESGREES DU LOU
3 juin 2021
Les leçons du COVID : l'OMS replace les communautés locales au centre

Les leçons du COVID : l'OMS replace les communautés locales au centre

Pour tirer de cette crise des leçons pour l’avenir, l’OMS a mandaté en mai 2020 un panel indépendant constitué de 13 personnes et dirigé par deux femmes, Ellen Johnson Sirleaf, ancienne présidente du Libéria, et Helen Clark, ancienne première ministre de la Nouvelle Zélande.

Ce panel vient de rendre son rapport, présenté lors de l’assemblée mondiale de la santé qui s’est tenue fin mai 2021. Celui-ci s’ouvre sur la phrase suivante : « la pandémie COVID-19 est un signe de la vunérabilité et de la fragilité de notre monde. »

Après ce constat de la fragilité, la question majeure posée dans ce rapport est celle de la résilience : à l’échelle de la planète comme à l’échelle d’une vie humaine, l’enjeu n’est pas d’échapper aux coups durs (ce qui n‘est pas possible), mais de se relever après le choc, voire d’apprendre du choc pour devenir plus fort.

Dans un article paru dans la revue Nature à la suite de ce rapport 2, les experts tentent l’exercice périlleux de comparer comment les différents pays ont fait face à cette épidémie, et d’en tirer des leçons sur ce qui a permis que nos systèmes de santé soient plus ou moins résilients.

storage?id=1628780&type=picture&secret=rY3RIgY0ywMD6brBNTEcgO2bL0MNQK2GD7oGuGdc&timestamp=1622721156

L’exercice est délicat, d’une part car l’épidémie n’était pas finie quand cette analyse a été menée, d’autre part car les données utilisées sont très générales, en attendant des éléments plus précis. Mais le principal intérêt de cet article est le schéma conceptuel sur lequel il est fondé, reproduit dans l’image ci-dessus, qui dit beaucoup du cadre de pensée international qui voit le jour après le Covid : au centre est placé l’engagement des communautés.

C’est cela qui permet que le système de santé soit équitable, performant et résiliant en cas de difficulté. Les pays qui ont le plus efficacement affronté cette crise, à la fois en évitant une vague de surmortalité mais aussi en évitant que l’épidémie ne creuse les inégalités et ne mette à mal la santé hors-covid (dont la santé mentale) sont ceux où les acteurs locaux ont été impliqués étroitement dans les messages et les campagnes de santé publique, où des agents de santé communautaires ont été déployés massivement, en actions de porte à porte, pour assurer la continuité des soins primaires, accompagner les quarantaines etc…

La connaissance fine des contextes locaux était nécessaire pour repérer les groupes les plus vulnérables, adapter les actions pour qu’elles ne créent pas des dégâts psychiques ou physiques plus graves que la menace contre laquelle elles étaient censées prémunir.

La France ne fait pas partie des 28 pays qui ont fait l’objet de cette analyse comparative, et l’objet de ce petit texte n’est pas d’analyser la réponse de la France au Covid, heureusement. Mais nous savons que notre modèle très vertical, avec une approche de la santé bio-médicale et centralisée, n’est pas un modèle d’engagement communautaire. Au point que le terme même pose problème chez nous et que nous ne savons pas trop de qui nous parlons quand nous parlons de communautés. Nous évitons d’ailleurs souvent d’employer ce terme. Pourtant, dans le bilan que nous allons faire pour tirer des leçons de cette crise, il faudra bien interroger la place et la reconnaissance de ces communautés locales dans notre système de santé.

Nous n’avons pas besoin des analyses d’experts internationaux pour ré-apprendre de ces longs mois dont nous sommes en train de sortir l’importance des relations humaines, du tissu social, et prendre conscience que c’est le socle sans lequel rien ne peut se construire. Mais il est assez réjouissant – et assez révolutionnaire !- que cela soit affirmé dans ces grands cadres internationaux qui sont ce qu’ils sont, mais qui, bon an mal an, orientent la réflexion et l’action de ceux qui financent et qui décident au sommet des états.

Annabel Desgrées du Loû, Directrice de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement

storage?id=1628739&type=picture&secret=R0fLlpUJSnVBo5z9jI3m8ygnJRUXIsuLWl7kHH05&timestamp=1622719751

A lire aussi

- La gouvernance et les comportements face au coronavirus, Mathieu Monconduit

L'école la république après le Covid-19, Jean-Pierre Rosa

La crise sanitaire, une crise du temps, Jean-Pierre Rosa

- La solidarité intergenerationnelle à l'épreuve de la pandémie, Eric Wendling

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Local Solidarité Annabel Desgrees du Lou
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Adopte un mec

Adopte un mec

Depuis quelques semaines les murs de nos villes ont vu fleurir une affiche dont la sobriété...

Jérôme VIGNON
31 janvier 2018
Les colères des gilets jaunes

Les colères des gilets jaunes

Nul ne peut prédire ce qu’il adviendra du mouvement des « Gilets jaunes ». Il désoriente les...

Dominique QUINIO
22 novembre 2018
Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune

Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune

Depuis plusieurs semaines le mouvement des « Gilets Jaunes » révèle de profondes fractures,...

François FAYOL
9 décembre 2018
Des vœux pour un débat apaisé

Des vœux pour un débat apaisé

Quand se termine cette année 2018, marquée dans ses dernières semaines, par les colères, les...

Dominique QUINIO
1 janvier 2019
J'ai fait un rêve avec les Gilets jaunes

J'ai fait un rêve avec les Gilets jaunes

A l’heure où j’écris ce blog, on ne sait pas encore quelle leçons le Président de la République...

Jérôme VIGNON
12 avril 2019
L'incendie de Notre-Dame, métaphore de nos existences

L'incendie de Notre-Dame, métaphore de nos existences

A lire et à écouter les réactions après l'incendie de Notre Dame, on ne peut qu'être frappés par...

Frédéric ROCHET
17 avril 2019