Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Plateforme du Bien Commun
Le 5 mars 2020
Les actions de fraternité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Les actions de fraternité

Les actions de fraternité, vrai levier ou palliatif aux mesures de fond pour refaire société ?

Voici trois contributions décrivant des actions de fraternité, reçues sur la plateforme du bien commun, trois exemples diversifiés par la durée et le niveau de mobilisation des acteurs locaux.

***

Un espace « fraternité » à Avignon.

Un espace " fraternité" ouvert le jour du marché contre le bâtiment de l’Église qui se trouve être sur la place du marché ! Des rencontres conviviales autour d'un café, thé et biscuits ; des échanges confiants entre gens qui ne se rencontrent pas ; notamment beaucoup de musulmans des histoires de vie qui se racontent ; des amitiés qui se nouent.

Brigitte Fine (Avignon)

Un café solidaire à Deuil la barre

Le Café solidaire a ouvert en février 2016, après une longue période de gestation. Le projet, en lien étroit avec la paroisse, était d’installer une équipe du Secours Catholique à Deuil, mais sans empiéter sur ce qui s’y faisait déjà : autres associations, initiatives municipales, travail social. L’idée est venue d’ouvrir un lieu visible de la rue, ouvert à tous sans aucune distinction, gratuit, où l’on proposerait un café et où l’on pourrait renseigner les personnes et établir si nécessaire le lien avec d’autres structures.

Nous ne donnons ni argent, ni nourriture, ni vêtements, ce qui change beaucoup la relation de départ, mais nous pouvons orienter les personnes vers d’autres structures ou les accompagner dans leurs démarches. Notre « offre » principale est l’écoute, l’amitié, la possibilité de rencontrer d’autres personnes et de leur venir en aide, la mise en valeur des talents…

Finalement, nous formons une petite communauté très ouverte où nous passons ensemble de bons moments.

Dominique Saint-Macary (Deuil la barre - 95)

La « joëlette », paroisse sainte Anne dans l’Isère.

storage?id=929779&type=picture&secret=Fd10uMDKPPBJgCrjehSisTZ4zUD0BpMCmHq2Ka63&timestamp=1583435242

C’est en mai 1988 qu’un accompagnateur en montagne, Joël Claudel, conçoit ce qui deviendra la « joëlette », pour emmener à la Réunion son neveu Stéphane atteint de myopathie. Conçue à la fois pour la promenade familiale et les utilisations sportives, la limite de ce « fauteuil de randonnée » dépend seulement des capacités des accompagnateurs !

Notre paroisse avait besoin d’un projet « rassembleur » à long terme, mais suffisamment ouvert pour permettre à tous de s’y investir. La « joëlette » permettra de venir en aide aux personnes à mobilité réduite tout en donnant aux jeunes la possibilité de s’investir avec leurs parents et amis.

Les scouts et guides de France, l’école Saint Joseph, le collège St Bruno, l’école Dominique Savio, l’École des Forges, l’Aumônerie des lycées et collèges (ALYCO) construiront leur propre projet. L’Association Rhône-Alpes des amis de Saint Jacques, dont les membres se réunissent tous les mois à la maison paroissiale, participeront à ce « Réveil de la Fraternité », selon les termes de Père de Kerimel. Les relais, les fraternités locales pourront participer à « cette action concrète pour une plus grande attention aux personnes les plus vulnérables ».

Cette année 2019/2020, axée davantage sur le service, a débuté officiellement le 12 octobre par une randonnée avec trois « joëlettes ». Nous sommes partis de Cessieu pour nous rendre à la Chapelle Saint Joseph où, pendant le repas partagé, nous avons pu admirer le paysage.

Jean Marie Claeys (Isère)

Ces actions de fraternité pour « refaire société » entrent en résonnance avec trois remarques provenant, la première du forum du 2 novembre 2019 de mouvements en Auvergne, la seconde de la déclaration des Semaines sociales avec 5 autres mouvements sur la pensée sociale chrétienne d’avril 2019 et enfin, le message du pape François pour la journée de la création du 1er septembre 2019.

***

Des actions qui sont des signes d’espérance et des pôles de résistance pour combattre le repli sur soi.

storage?id=929780&type=picture&secret=dMgqS6TpKoxNCYNeCBOWZwJHj2abGdJdG6LNZNuJ&timestamp=1583435305

Le forum « construire ensemble le bien commun des projets en Auvergne » réunissant les Semaines sociales Clermont Auvergne, l’ACO, les amis de la Vie, CCFD-Terre solidaire, la CIMADE du 2 novembre 2019 a repris dans sa conclusion une citation d’Edgard Morin :

« Les vieilles générations sont désabusées par les fausses promesses et les faux espoirs, tandis que les jeunes générations sont plongées dans le désarroi faute de causes à épouser. Des signes d’espérance apparaissent, des pôles de résistance surgissent, avec la volonté de se frayer un chemin en marchant. Effectivement nous assistons à l’efflorescence d’initiatives engagées pour combattre le repli sur soi ».

Des actions qui se situent dans nos choix existentiels et spirituels pour ouvrir des chemins d’espérance.

La déclaration « La pensée sociale chrétienne, une ressource pour aujourd’hui» d’avril 2019 cosignée par les Semaines sociales de France, CCFD-Terre Solidaire, Confrontations, Justice et Paix et Pax Christi se termine ainsi :

« La crise que nous traversons, comme toutes les crises, est une formidable occasion de poser des choix. Cette crise n’est pas seulement économique et sociale, elle n’est pas seulement énergétique ou écologique, elle est existentielle et spirituelle. Puiser à cette source vivante qu’est la pensée sociale de l’Église, c’est apporter, en croyants, en dialogue avec d’autres, une contribution capable d’ouvrir des chemins d’espérance. »

Des actions qui traduisent notre capacité à faire le bien sans attendre qu’il soit trop tard…

Le Pape François termine ainsi son message pour la journée de la création du 1er septembre 2019 : « Chaque fidèle chrétien, chaque membre de la famille humaine peut contribuer à tisser, comme un fil mince, mais unique et indispensable, le réseau de la vie qui embrasse tous. Sentons-nous impliqués et responsables en ayant à cœur, par la prière et par l’engagement, la sauvegarde de la création. Que Dieu, « qui aime la vie » (Sg 11, 26), nous donne le courage de faire du bien sans attendre que d’autres commencent, sans attendre qu’il soit trop tard. »

storage?id=948239&type=picture&secret=ygTgimMzQbXWNCFgCpG04zLQnEBMXBQIqmy8ZYE8&timestamp=1585043101
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus