Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Plateforme du Bien Commun
8 mars 2021
La Roya après la tempête Alex : témoignages

La Roya après la tempête Alex : témoignages

A l'est des Alpes Maritimes, la Roya prend sa source à 1871 m et se jette dans la Méditerranée en Italie. Le 2 octobre, la Roya déborde et emporte tout. Dans ce lieu enclavé, la route a été défoncée comme après un bombardement. La reconstruction de cette vallée, notre vallée à la double culture est encore à l’urgence : entre tentation de baisser les bras et espoir d’une renaissance autre.

Il a fallu aménager des buses sur les rives pour désenclaver les villages, avec une organisation en convoi matin et soir. La ligne ferroviaire Nice Limone, menacée de fermeture, a été reconnue « ligne de vie » : des travaux importants sont en cours pour sa réouverture.

Les week-ends solidaires ont réuni de nombreux bénévoles : nettoiement de la boue, reconstruction de ponts, de murs. L’Esat Le Prieuré de Saint Dalmas de Tende a permis la logistique d’accueil des bénévoles. A Fontan, le Château de la Causega, en cours de restauration pour devenir un lieu de répit pour des familles fragilisées est resté debout ! Le ravitaillement en foin pour les éleveurs a pu se faire ; le train transfrontalier a assuré la livraison de fruits et légumes du Piémontais.

A ce jour, l’ambivalence est grande entre renoncements, comme le départ de villageois, et belle résistance : des habitants passent l’hiver à Casterino, porte de la vallée des Merveilles, coupés de tout. La solidarité s’est nouée entre maires, tous « au front » à Breil, Saorge, Saint Dalmas de Tende, Tende, La Brigue. Le dispositif national de soutien aux petites communes rurales Petites villes de demain concernera Breil et Tende, et des projets émergent pour faire de la Roya une Vallée verte.

Mais le choc est terrible.

Kamel raconte : quand j’ai vu Breil, je n’ai pas hésité. J’ai enfilé ma tenue de travail pour aider : décharger les wagons remplis de dons, faire du tri, stocker. Petit à petit la vie reprend. Danièle décrit les lendemains de tempête à la Brigue : il a fallu nettoyer la boue, dégager les carcasses de voitures. Heureusement, nous n’avons pas eu d’accident de personnes. Mais la coupure des réseaux a été terrible : nous étions absolument sans nouvelles. Puis on a appris à faire avec ce qu’on avait : les petits producteurs locaux nous ont fourni poireaux et pommes de terre. Les maraichers italiens nous ont ravitaillés.

Chantal, responsable de l’aumônerie du CHU à Tende, était sur place le soir de la tempête ; elle a aidé à l’accueil des soixante-dix patients de l’hôpital rural des bords de la Roya, qu’un pompier a déménagé à lui seul. Pour regagner son village trois jours après, elle a emprunté à pieds la voie du chemin de fer. Elle dit : pour l’instant, tout est provisoire. La Carf a fourni un camion réfrigéré pour monter vers la Haute Roya les provisions qui transitent par Breil. Même la farine pour les boulangers. Je crois qu’il faut accepter de changer d’orientation, d’être mobile ; sans cela on s’engouffre dans le découragement.

Anthony souligne la catastrophe à Tende : beaucoup ont perdu leur maison et ont été logés chez des amis. Mais après ? On a été coupés du monde. La source nous ravitaillait et on manquait de tout. J’ai mangé beaucoup de ravioli en boîte ! Cet évènement, c’est comme dans les psaumes : « l’eau nous a submergés, Dieu nous a sauvés ». L’eau a emporté tout le mur d’une maison, mais le côté du Crucifix a été épargné : j’ai fait un ex voto pour Notre Dame de Laghet en souvenir. Aujourd’hui, on n’attend qu’une chose : reprendre nos activités.

Alexandre a constaté la gravité du choc : Infirmier, j’ai rencontré à domicile des personnes qui ne comprenaient pas ce qui se passait. Des travaux énormes ont été faits, mais le village paraît défiguré. Avec ma compagne, on s’est demandé si notre projet agricole serait viable. Puis, on a relativisé : on a choisi Breil pour la qualité de vie, on y restera. Avec notre bébé.

Oui la vie renaîtra dans la Roya : grâce à ses habitants et aux bénévoles qui en sont tombés amoureux.

Françoise Philip, SESAM

storage?id=1467016&type=picture&secret=q9VGaDYCcs0IrEMJCwhurzv0U7EA77XNjandndSh&timestamp=1615215309
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Citoyenneté Solidarité
2 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Se sentir partie prenante des décisions politiques

Se sentir partie prenante des décisions politiques

Comment permettre aux citoyens de se sentir davantage partie prenante des décisions...

Plateforme du Bien Commun
16 avril 2020
COVID-19 : "L'illusion dangereuse de l'égalité devant l'épidémie"

COVID-19 : "L'illusion dangereuse de l'égalité devant l'épidémie"

Didier Fassin (médecin, anthropologue et sociologue) est professeur à l’Institute for Advanced...

Plateforme du Bien Commun
26 mai 2020
Médecine et santé publique, si complémentaires et si différentes

Médecine et santé publique, si complémentaires et si différentes

Jean de Kervasdoué est économiste de la santé. Professeur émérite au CNAM et ancien Directeur...

Plateforme du Bien Commun
10 novembre 2020
Les jeunes et la construction d'un monde meilleur aujourd'hui et demain

Les jeunes et la construction d'un monde meilleur aujourd'hui et demain

Ce témoignage met le doigt sur une réalité essentielle : l’engagement des jeunes, aujourd’hui...

Plateforme du Bien Commun
24 février 2021
L'esprit de Tibhirine : une actualité dans les temps que nous traversons

L'esprit de Tibhirine : une actualité dans les temps que nous traversons

La béatification de 19 témoins d’Algérie en décembre 2018 sur les lieux de leur existence vouée...

Plateforme du Bien Commun
26 juin 2020
Lettre d'une fidèle des Semaines sociales

Lettre d'une fidèle des Semaines sociales

La réaction d’une fidèle des Semaines sociales de France, de 93 ans, à la lettre des SSF de Mai...

Plateforme du Bien Commun
8 juin 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus