Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Catherine BELZUNG
Le 23 janvier 2020
Donner du sens à la médecine : une réponse à la crise des hôpitaux ?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Donner du sens à la médecine : une réponse à la crise des hôpitaux ?

Le geste est spectaculaire : 1000 médecins hospitaliers et 600 chefs de service de toute la France ont présenté collectivement leur démission ce 19 janvier, pour demander plus de moyens pour l’hôpital public. Certains se sont lancés dans une action symbolique, en jetant par terre leur blouse blanche, une manière de dire à quel point ils sont exténués. Rassurons-nous : il s’agit d’une démission de leurs responsabilités (le plus souvent non rémunérées), et non de leur activité médicale : les soins continuent à être assurés. Pourtant, la France est le pays européen qui consacre le budget le plus élevé à la santé (11.2% de son budget). Alors quelles sont les racines de ce malaise ? Et comment y remédier ?

"pourquoi ces difficultés apparaissent-elles précisément maintenant ?"

Les personnels soignants hospitaliers sont excédés, épuisés par le manque de moyens, et on imagine souvent que cette situation est singulière à la France. Pourtant, c’est loin d’être le cas et le même malaise se retrouve dans d’autres pays occidentaux. Au Royaume Uni, la population craint une privatisation du système de santé, dans le contexte déjà difficile du Brexit. Au Canada et aux Etats Unis il y a un problème très important dans l’accès aux soins. Et la liste pourrait être rallongée à l’infini. Alors pourquoi ces difficultés apparaissent-elles précisément maintenant ? Il faut se rappeler que les systèmes de santé dont nous bénéficions en France mais dont bénéficient aussi nos concitoyens à l’étranger ont été conçus à la fin de la seconde guerre mondiale, à un moment où les enjeux étaient très différents. Or, la société et le système de soins vit en ce moment plusieurs mutations/transitions, à la fois sur le plan épidémiologique ( les maladies actuelles se chronicisent, avec un taux élevé de maladies cardiovasculaires, de cancers, de maladies métaboliques comme le diabète, maladies souvent liées au stress et au régime alimentaire), démographique ( vieillissement de la population), professionnel (les attentes des jeunes professionnels sont très différentes : forte demande de plus de collégialité, qui se traduit par un exercice plus collectif du soin, par exemple dans les Maisons de santé pluridisciplinaires), paradigmatique (la médecine est devenue à la fois plus technologique, mais aussi plus centrée sur la prévention et la personnalisation des soins) et enfin sur le plan de la relation patient-médecin (le patient est à présent présenté comme un partenaire)(1) . Le système de soin élaboré après la guerre, et en particulier l’hôpital, n’est pas adapté à ces transitions et les personnels soignants sont confrontés à une perte de sens.

Alors que faire dans ce contexte ?

Les demandes des personnels concernent surtout une augmentation des moyens. Bien sûr, elle serait bienvenue. On peut par exemple penser à une revalorisation des salaires, en particulier ceux des personnels paramédicaux : les infirmiers espagnols gagnent en moyenne 28% de plus que leurs collègues français. En plus d’être juste par rapport au travail, cela rendrait aussi la profession plus attractive, et serait une manière indirecte de dire à ces personnels toute l’estime que la société a pour leur travail. Par ailleurs, l’ouverture de lits supplémentaire permettrait de faire face à la situation de saturation de l’hôpital public. Un autre levier consisterait à réduire la part du budget consacrée à la gestion administrative (5.7% en France, contre 1.7% en Suède). L’augmentation du budget associée à ces trois mesures est donc nécessaire. Mais en même temps, cela ne suffit pas. En effet, même avec un hôpital moins saturé, plus de moyens et des salaires plus élevés, les personnels soignants continueront d’expérimenter un malaise aussi longtemps qu’ils n’auront pas face à eux un horizon de sens, assumé par la société toute entière. Et pour cela, il faut agir sur au moins deux leviers : a) développer bien davantage les soins centrés sur la personne, en humanisant le soin. Cela nécessite des formations bien sûr, mais aussi de valoriser davantage l’empathie. b) améliorer la gouvernance des services hospitaliers, en y associant davantage toutes les catégories de personnels. Cette évolution vers plus de collégialité permettrait une appropriation plus collective de cette quête de sens.

Pour conclure, le malaise actuel est bien réel, mais y répondre uniquement par une augmentation des moyens est insuffisant pour adresser la souffrance au travail des soignants : la société toute entière doit se réapproprier le sens du soin. C’est un enjeu majeur de la prochaine décennie.

  1. Chambaud L, Le système de santé français à l’épreuve des transitions, La nouvelle revue des sciences sociales, 2016

----

Catherine Belzung, rédactrice des SSF

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Homme et femme Santé
4 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
A propos du plan santé 2018-2022

A propos du plan santé 2018-2022

Un plan, pour 50 ans, qui permettrait au système de santé de faire face aux défis multiples...

Mathieu MONCONDUIT
1 octobre 2018
Les enjeux éthiques des expériences chez l‘Homme dans un monde globalisé

Les enjeux éthiques des expériences chez l‘Homme dans un monde globalisé

Le 17 novembre dernier, les décrets d’application de la Loi Jardé relative aux recherches faites...

Catherine BELZUNG
2 décembre 2016
Pour une culture du « prendre soin »

Pour une culture du « prendre soin »

Récemment les Ehpad ont fait l’objet de plusieurs articles relatant la difficulté croissante de...

Jean-Pierre ROSA
12 juin 2018
La bioéthique au défi de la pratique médicale

La bioéthique au défi de la pratique médicale

Dans tous les débats actuels sur les lois de bioéthique, nous avons – me semble-t-il – une...

Jean-Pierre ROSA
17 avril 2018
Pour une culture du « prendre soin »

Pour une culture du « prendre soin »

Récemment les Ehpad ont fait l’objet de plusieurs articles relatant la difficulté croissante de...

Jean-Pierre ROSA
12 juin 2018
La procréation médicalement assisté pour toutes

La procréation médicalement assisté pour toutes

L’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes...

Jean-Pierre ROSA
10 septembre 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus