Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Dominique QUINIO
7 janvier 2021
Vaccins sans frontières

Vaccins sans frontières

« La façon dont les vaccins sont distribués est le premier pas que les leaders mondiaux doivent accomplir dans l’engagement pour l’équité et la justice comme principes pour construire un monde post-Covid meilleur » : ainsi parle le P. Augusto Zampini, secrétaire adjoint du dicastère pour le service du développement intégral. L’Eglise catholique, dans ses institutions, ne veut pas se tenir à l’écart d’un événement aux conséquences sanitaires et sociales particulièrement lourdes pour les plus pauvres et les plus fragiles.

Au printemps dernier, le pape François créait donc, dépendant de ce dicastère, une commission Covid-19 afin de travailler sur la pandémie. La commission vient de publier, le 29 décembre, en collaboration avec l’Académie pontificale pour la vie, une note en 20 points sur les enjeux éthiques du vaccin. Quelques semaines auparavant, la Congrégation pour la doctrine de la foi avait tenu à souligner la licéïté, la moralité, du recours aux vaccins, même quand les laboratoires ont utilisé au cours de leurs recherches des lignées cellulaires issues de fœtus avortés, au regard des très nombreuses vies sauvées par la vaccination.

La présente note insiste sur la responsabilité morale de se faire vacciner, pour sa santé personnelle et pour la santé publique. Mais surtout, relayant le message urbi et orbi de Noël, elle vise à appeler les dirigeants mondiaux, tandis que commençaient les premières campagnes de vaccinations, à résister à « un nationalisme des vaccins » ; elle plaide pour des accords entre Etats, entreprises pharmaceutiques et organisations internationales comme l’OMS, sur les prix afin qu’ils soient « abordables », sur les conditions de fabrication et de distribution.

La lutte contre la pandémie, insiste la note, met en jeu tous les principes de l’enseignement social de l’Eglise pour que le vaccin soit accessible et disponible pour tous : la dignité humaine, l’option préférentielle pour les pauvres, la justice, le bien commun et la destination universelle des biens.

S’inscrit dans cette réflexion la question des brevets. Même si la recherche et les risques pris par les entreprises doivent être rémunérés, le Vatican considère que le vaccin n’est pas un bien comme un autre ; il est un bien commun, un « bien public », selon les mots de la présidente de la commission européenne Ursula Von der Leyen.

La réalité, pour l’heure, ne répond pas à ces aspirations. Il semble que les pays pauvres ne pourront avoir accès au vaccin qu’en 2022, au plus tôt. La question ne dépend pas d’ailleurs seulement de l’achat des doses nécessaires, mais de la capacité des systèmes de santé à les conserver, à les administrer (L’Eglise, sur ce point, propose de se mettre au service des campagnes de vaccination). Si l’Afrique, hors l’Afrique du sud, ne semble pas pour l’instant très impactée par la pandémie (au moins sur le plan sanitaire), les pays d’Amérique du Sud sont, eux, très touchés. L’urgence y est grande.

Des mécanismes internationaux ont été créés afin d’aider les pays à agir collectivement, en matière d’accès aux vaccins. Ainsi, le Gavi, l’Alliance globale pour les vaccins, a été créée il y a 20 ans et, pour la pandémie actuelle, le Covax, créé par l’OMS, et qu’ont rejoint la plupart des pays sauf les Etats-Unis et la Russie : cette centrale d’achats internationale pourrait ainsi acquérir à des prix négociés, d’ici à la fin de l’année 2021, 2 milliards de doses. Mais des Etats, comme l’Union européenne, préfèrent traiter en direct avec les industriels, pour être servis plus tôt et plus largement, sans la transparence souhaitable en la matière. Ces pays en outre, plutôt que d’accepter la suspension de la propriété intellectuelle, qu’ont demandé, derrière l’Inde, une centaine de pays, préfèrent faire don des quantités nécessaires aux pays qui en auraient besoin, sans renoncer aux brevets, dans une relation de dépendance qui n’est guère satisfaisante.

Dans les débats franco-français autour du plan de vaccination, dans le climat de défiance entourant les vaccins, ce regard hors de nos frontières occidentales devrait nous inspirer plus d’humilité et de simplicité. Et nous aider à peser notre responsabilité propre dans les choix à faire entre « santé personnelle » et « santé publique ».

Dominique Quinio, Présidente des Semaines sociales de France

storage?id=1380290&type=picture&secret=HL9EXHqxGMI7DKVICKoBCQMjbHXUZwfiamAcMipb&timestamp=1610014668
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Pauvreté Santé Dominique Quinio
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
A propos du plan santé 2018-2022

A propos du plan santé 2018-2022

Un plan, pour 50 ans, qui permettrait au système de santé de faire face aux défis multiples...

Mathieu MONCONDUIT
1 octobre 2018
Les enjeux éthiques des expériences chez l‘Homme dans un monde globalisé

Les enjeux éthiques des expériences chez l‘Homme dans un monde globalisé

Le 17 novembre dernier, les décrets d’application de la Loi Jardé relative aux recherches faites...

Catherine BELZUNG
2 décembre 2016
Pour une culture du « prendre soin »

Pour une culture du « prendre soin »

Récemment les Ehpad ont fait l’objet de plusieurs articles relatant la difficulté croissante de...

Jean-Pierre ROSA
12 juin 2018
La bioéthique au défi de la pratique médicale

La bioéthique au défi de la pratique médicale

Dans tous les débats actuels sur les lois de bioéthique, nous avons – me semble-t-il – une...

Jean-Pierre ROSA
17 avril 2018
Pour une culture du « prendre soin »

Pour une culture du « prendre soin »

Récemment les Ehpad ont fait l’objet de plusieurs articles relatant la difficulté croissante de...

Jean-Pierre ROSA
12 juin 2018
Dons de gamètes pour tous ? A quel prix ?

Dons de gamètes pour tous ? A quel prix ?

L’extension de la PMA aux couples de femmes homosexuelles, voire aux femmes seules, provoquera...

Mathieu MONCONDUIT
12 septembre 2019