Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Dominique QUINIO
11 mars 2021
Exigeante fraternité

Exigeante fraternité

Il l’a voulu, il l’a fait. Le pape François voulait se rendre en Irak – ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI en avaient eu, eux aussi, le puissant désir -, sur cette terre ravagée par de multiples conflits, où les chrétiens, présents depuis 2 000 ans, ont subi de terribles persécutions de la part de l’Etat islamique. Pandémie, terrorisme : il y avait toutes les raisons de craindre ce déplacement, pour la sécurité personnelle du pape mais aussi pour celle des foules qui se déplaceraient afin de le rencontrer. Il s’est entêté et ce voyage s’est déroulé comme prévu, sur des lieux hautement symboliques, à la rencontre des différentes composantes du pays, marqué par un échange prolongé avec le grand Ayatollah Ali Al Sistani, la plus haute autorité chiite du pays : en insistant sur la pleine citoyenneté des chrétiens et sur la lutte nécessaire contre les inégalités et la pauvreté, le haut dignitaire musulman s’est trouvé en parfaite consonance avec François. La rencontre, a commenté le pape dans l’avion du retour, lui a fait du « bien à l’âme ».

La visite marquera l’histoire. Non pas qu’elle aura réglé les multiples problèmes qui minent ce pays : l’Etat ne réussit pas à unifier le pays, à lui rendre une prospérité que ses richesses pourraient permettre ; la corruption des élites et notamment des responsables politiques est une gangrène ; le pouvoir chiite s’efforce de conforter ses privilèges et les différentes communautés religieuses se déchirent entre elles et même à l’intérieur d’elles mêmes. Les solutions ne viendront pas d’ailleurs, pas même d’un pape prophète, mais des Irakiens eux-mêmes.

Ne s’agira-t-il donc que d’une parenthèse ? Pour Mgr Gollnisch , directeur général de l’œuvre d’Orient, cette visite aura envoyé trois messages essentiels, appelant au respect, à l’unité et à l’espérance. Ces messages ne s’adressent pas seulement aux Irakiens : le respect entre communautés concerne toute la région mais aussi nos pays occidentaux. Comme après la déclaration commune avec le Grand imam d’Al-Azhar, du côté sunnite, après l’encyclique Fratelli Tutti, le dialogue avec l’ayatollah Al Sistani souligne que, pour le pape, l’enjeu de la fraternité exige une coopération des religions et un respect mutuel. Il en découle un appel à l’unité et l’invitation à croire qu’un avenir de paix est possible. « De ce lieu source de foi (Ur), de la terre de notre frère Abraham, nous affirmons que Dieu est miséricordieux et que l’offense la plus blasphématoire est de profaner son nom en haïssant le frère ».

"En invitant les chrétiens à pardonner à leurs oppresseurs, la pape ne doutait pas que ce serait un dur et long chemin."

Les démarches de réconciliation sont difficiles. L’histoire du Cambodge, de l’Afrique du sud, ou celle du Rwanda par exemple, montrent que les blessures ne guérissent pas, s’il n’y a pas en même temps travail de justice, reconnaissance des crimes et des fautes. En invitant les chrétiens à pardonner à leurs oppresseurs, le pape ne doutait pas que ce serait un dur et long chemin.

Toutes proportions gardées, les mots entendus en Irak sur le rôle et la responsabilité des religions peuvent avoir un écho jusqu’en France où se discute la loi sur le séparatisme, sur la défense des principes républicains. Les responsables religieux, notamment chrétiens, s’inquiètent des contraintes et des exigences administratives imposées à l’expression religieuse, sans méconnaitre la nécessité de lutter contre toutes les formes de radicalisation et d’instrumentalisation des religions. Le message papal s’adresse aux gouvernements, certes, mais aussi aux croyants. La fraternité n’est pas seulement un mot au fronton des mairies de France, elle est une obligation ardente, une urgence pour faire société, dirait-on en termes profanes (nos travaux aux Semaines sociales, notamment notre manifeste de l’engagement, proposent des voies pour y travailler), pour œuvrer, selon les principes de la pensée sociale chrétienne, au bien commun, au bien de nous tous.

Dominique Quinio, Présidente des Semaines sociales de France

storage?id=1496371&type=picture&secret=s8Xavz13cD3b6HO8Yl9d9cCG4pcJwATR69CAXMSD&timestamp=1616665241
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Dialogue interreligieux Eglise Dominique Quinio
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
L’hiver de la pédophilie

L’hiver de la pédophilie

« Je ne suis pas catholique, à cause des prêtres, y compris les meilleurs. Et ils sont nombreux....

Dominique QUINIO
19 septembre 2018
Ouverture de la session 2015 - Religions et cultures

Ouverture de la session 2015 - Religions et cultures

Vendredi 2 Octobre 2015 - Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde - 90ème...

Ondine VERNIER
1 octobre 2015
Interdépendance et solidarité dans les enjeux actuels des négociations

Interdépendance et solidarité dans les enjeux actuels des négociations

Vendredi 2 Octobre 2015 - Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde - 90ème...

Ondine VERNIER
2 octobre 2015
Premier fil rouge théologique et spirituel de la 90ème session

Premier fil rouge théologique et spirituel de la 90ème session

Vendredi 2 Octobre 2015 - Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde - 90ème...

Ondine VERNIER
2 octobre 2015
Les enjeux du développement vus de différentes régions du monde

Les enjeux du développement vus de différentes régions du monde

Vendredi 2  Octobre 2015 - Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde - 90ème...

Ondine VERNIER
2 octobre 2015
Deuxième fil rouge théologique de la 90ème session

Deuxième fil rouge théologique de la 90ème session

Vendredi 2 Octobre 2015 - Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde - 90ème...

Ondine VERNIER
2 octobre 2015