Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Camille PERRIER
Le 17 novembre 2007
Comment le développement peut-il être durable ?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Comment le développement peut-il être durable ?

Conférence donnée au cours de la session 2007 des Semaines Sociales de France, "Vivre autrement pour un développement durable et solidaire".

Par Bertrand Collomb et Denis Clerc

Bertrand Collomb, polytechnicien de formation, président d’honneur du groupe Lafarge, premier groupe mondial de matériaux de construction, membre de l’Institut.

Denis Clerc, économiste, journaliste, fondateur du magazine Alternatives économiques.

Le développement durable se heurte à un conflit d’intérêt entre d’un côté le souci d’un développement « soutenable », pensé sur le très long terme, respectueux de l’environnement et de la justice, et de l’autre, celui de l’entreprise dont la finalité et les contraintes sont avant tout financières et économiques. Comment concilier ces intérêts divergents ? Comment éviter que le thème du développement durable serve d’affiche ou en reste à l’état de vœu pieux ?

BERTRAND COLLOMB

Les débats autour du développement durable renvoient à la relation de l’homme avec le monde, comme nous l’avons vu avec le débat précédent, mais aussi à la tension entre croissance économique, ou développement, et durabilité. Certains pensent qu’il y a même incompatibilité entre ces derniers, entre autres pour des raisons d’épuisement des ressources naturelles de la planète : ce fut la thèse du Club de Rome, non vérifiée à ce jour, en tout cas dans les échéances annoncées. Après la peur de la conflagration nucléaire, c’est le risque de changement du climat qui a pris aujourd’hui le pas parmi les inquiétudes sur le devenir de l’humanité. L’homme doit-il dans ces conditions en revenir à la notion très statique de gardien d’une nature que l’on voudrait même ramener à un état naturel idéalisé ? Je n’ai pas besoin de vous dire que ce n’est pas la conception que je défends. Je pense que même s’il est difficile, le développement durable est possible. Je le pense car j’ai vu ce qu’il était possible de faire au sein de mon entreprise et dans bien d’autres. Je crois que les entreprises ont effectivement un rôle à jouer ; elles sont même nombreuses à inscrire leur action dans la perspective du développement durable. Je voudrais essayer modestement de vous faire part de mon expérience au groupe Lafarge.

Les entreprises sont évidemment les acteurs principaux de la croissance économique, de la création de richesses – on dit aujourd’hui création de valeur, mais cela revient au même. Devant leur engagement dans le développement durable, beaucoup s’interrogent pour savoir si ce n’est qu’une nouvelle astuce de communication, la forme ayant changé, pas le fond. D’autres pensent que ce nouvel objectif crée un déchirement et est totalement contradictoire avec l’idée de performance économique et financière. D’autres se disent que ce peut être un choix pour un certain type d’entreprises mais ne saurait toutes les concerner. D’autres enfin considèrent que ce dont des choix de bonne conscience pour temps heureux, mais dès que cela ira mal, ces entreprises devront en revenir à une attitude focalisée uniquement sur les priorités financières.

Je crois au contraire – c’est la thèse que je voudrais illustrer ici – que le développement durable est une logique positive que toutes les entreprises peuvent adopter. Et à partir du moment où elles le peuvent, elles le doivent. Rappelons d’abord la définition du développement durable du rapport Brundtland – « un développement qui répond aux besoins des générations du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » – et ses trois piliers : l’économique, le social et l’environnemental. Parler de développement durable pour le groupe Lafarge, c’est dire comment il s’est positionné sur chacun de ces trois piliers. Sur l’économique, si la création de richesse et de valeur est la mission même de l’entreprise, le développement durable lui apporte la dimension de la durée. Il attire son attention sur sa façon de considérer ses objectifs économiques : à court, moyen ou long terme. La vocation d’un groupe comme Lafarge est bien de s’inscrire dans la longue durée.

La dimension sociale du développement durable chez Lafarge

Précisons d’abord que le sens du mot social n’est pas tout à fait le même dans le contexte français et dans le contexte international. En France, on pense aussitôt aux relations sociales à l’intérieur de l’entreprise, alors que dans les débats sur le développement durable, social renvoie aussi aux relations externes de l’entreprise avec la société – au sociétal, dit-on parfois.

…. (Lire la suite)

• Téléchargez le pdf

Documents
icoPaperclip32Dark Comment_le_développement_peut_il_etre_durable.pdf
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Bien commun Citoyenneté Famille Homme et femme International Nation Pauvreté Pensée sociale chrétienne Progrès Social
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Les sans-domiciles : quelle est la situation en France

Les sans-domiciles : quelle est la situation en France

Début 2012, il y avait en France environ 140.000 personnes sans domicile. Ce chiffre résulte...

Paul CHAMPSAUR
12 septembre 2018
L'immigration en France : analyse chiffrée

L'immigration en France : analyse chiffrée

L’immigration est à la fois un acte individuel et un phénomène collectif. Je n’aborderai que...

Paul CHAMPSAUR
16 octobre 2018
Le délit de fraternité

Le délit de fraternité

Médias et associations se sont félicitées de voir le conseil constitutionnel retoquer, en...

23 octobre 2018
De l'interdépendance à la solidarité

De l'interdépendance à la solidarité

Alors que nous sommes saisis dans un épisode aigu de la tension sociale toujours latente dans...

Jérôme VIGNON
4 février 2019
L'argent ferait-il le bonheur ?

L'argent ferait-il le bonheur ?

Il y a bien longtemps – depuis la révolution française - que notre société s’est émancipée des...

Jean-Pierre ROSA
7 février 2019
Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Longue vie au pacte pour le pouvoir de vivre !

Le 5 mars dernier, 19 associations dont 4 grandes organisations syndicales ont rendu public un...

Jérôme VIGNON
12 mars 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus